Trucs et Astuces
L-Girder ou porteur en L

Un exemple d'infrastructureAprès vous avoir convaincu, je l'espère, de réaliser des caissons, à même de mettre en valeur vos réalisations lors d'exposition, je vous propose aujourd'hui de vous décrire une technique venue d'outre-atlantique, utilisée par la plupart des modélistes américains, le L-Girder ou porteur en L.

Ce type d'infrastructure peut-être utilisé pour des réseaux de toute forme mais aussi pour un réseau modulaire, voire un réseau d'exposition ou diorama.

Alors, n'hésitez plus !!! En suivant pas à pas la méthode décrite, vous obtiendrez l'infrastructure que vous recherchez.

 

La base

La base de cette infrastructure repose sur un constat simple. Seul, un tasseau, même de dimension conséquente, aura tendance avec le temps à se déformer, à se voiler. Prenez maintenant 2 tasseaux et assemblez les en les collant et les vissant bord sur champ. Vous obtiendrez une forme en L à même de répondre à toutes vos attentes en matière d'infrastructure durable.

Voici donc décrite en quelques lignes la base de la technique du porteur en L. Ce porteur (ou plutôt ces porteurs car il vous en faudra 2 au minimum) devra être composé de 2 tasseaux, l'un d'une dimension de 50 mm par 25 mm, l'autre de 100 mm par 25 mm. A me répéter, n'oubliez pas de coller et de visser les 2 éléments qui composent le porteur en L.

Après avoir réalisé vos porteurs en L, qui constituent la " colonne vertébrale " de l'infrastructure, il faut maintenant les rassembler afin d'obtenir le résultat escompté, une infrastructure à même de recevoir votre plate-forme.

Pour cela, vous utiliserez des traverses, qui seront seulement vissées, d'une dimension de 100 mm par 25 mm.

Mais pourquoi seulement visser les traverses et non les coller aussi ?
En les vissant, vous pourrez si nécessaire les enlever, les déplacer et ainsi modifier votre réseau sans avoir à tout recommencer. Combien de modélistes se sont aperçus après réalisation que le plan ne correspondait pas au besoin. C'est aussi pour cette raison que les éléments (traverses, chandelles...) ne seront que vissés.

Les traverses devront être espacées au maximum de 500 mm. Comme vous pourrez le constater sur l'image "Vue de dessus", vous obtiendrez alors une sorte d'échelle.

Mais pourquoi les barreaux de "cette échelle", ne sont-ils pas de même longueur ?
C'est un des nombreux avantages de cette technique qui permet de concevoir un réseau au forme non linéaire. Vous pourrez ainsi créer une avancée pour installer un embranchement et ses bâtiments industriels ou un renfoncement pour mettre en valeur un détail de votre décor. Tout est désormais possible.

 

Un réseau à hauteur

Avant de vous décrire la réalisation de la plate-forme, je me dois d'attirer votre attention sur un aspect négligé par de nombreux modélistes, la réalisation de pieds. Ces pieds permettent d'une part de stabiliser votre réseau (adieu les réseau posés sur des tréteaux qui se retrouvent en quelques secondes par terre) et d'autre part de mettre à une hauteur raisonnable (à hauteur d'œil) votre réalisation.

Cela peut vous paraître futile mais demandez à Jean-Louis Simonet la transformation qu'a subi son réseau en étant maintenant à plus de 1,20 m de hauteur. Vous vous apercevrez que vous ne voyez plus votre réseau de la même manière, vous obligeant à vous déplacer pour découvrir telle ou telle scène en vous empêchant d'avoir une vision globale façon oiseau.

Ces pieds seront réalisés avec des tasseaux de 40 mm au carré et des planches de contreplaqué de 10 mm. Des pieds ajustables, composés d'un écrou à frapper et d'un boulon (voir le rayon pièces détachées d'éléments de cuisine de votre magasin de bricolage) permettront de garantir un niveau parfait. Pour assurer une parfaite stabilité, des renforts ou jambages devront être réalisées (un seul par pied). Ces pieds devront être installés environ tous les mètres.

 

La plate-forme

Nous disposons maintenant d'une infrastructure solide mais légère et à hauteur convenable. Nous allons donc pouvoir passer à la pose de la plate-forme.

Cette partie de la construction va mettre en évidence un autre avantage de cette technique : la facilité de réaliser plusieurs niveaux (voir l'image "Vue en coupe").
Pour poser la plate-forme (contreplaqué de 10 mm si les traverses sont espacées au maximum de 500 mm), vous fixez des chandelles (tasseaux de 50 mm par 25mm) sur le champ des traverses.
Sur ces chandelles, des supports en tasseau de 25 mm au carré seront fixés afin de permettre la fixation de la plate-forme par le dessous.

Attention à ne pas coller les différents éléments afin de permettre un démontage futur en cas de modification.

Un fond de décor ainsi qu'une face avant réalisés en contreplaqué, médium … compléteront cette infrastructure.

Vous l'aurez peut-être constaté mais une fois terminée, vous disposerez d'une infrastructure très aérée (donc légère mais solide) qui vous évitera de nombreux "tours de rein". Encore un autre avantage de cette technique : l'accessibilité.

 

Et pour finir, le décor

Je ne m'attarderai pas sur les phases de pose de la voie et d'électrification du réseau qui ne sont pas différentes si vous aviez l'habitude d'utiliser d'autres types d'infrastructure mais quelques mots sur la réalisation du décor.

Habitué au plateau rectangulaire, vous vous retrouvez face à de nombreux vides qu'il va falloir remplir. Rassurez-vous, toutes les techniques que vous avez l'habitude d'utiliser (grillage, coquille, polystyrène) sont compatibles avec cette technique. Bien au contraire, il vous sera plus facile de créer des reliefs positifs mais aussi négatifs. Encore un autre avantage !!!

2 solutions possibles parmi d'autres :

  • La plus simple à mettre en œuvre : un grillage (du type grillage pour moustiquaire) sera fixé sur la plate-forme, le fond de décor et la face avant. Ce grillage sera recouvert de bandes plâtrées permettant d'obtenir une surface prête à une décoration (peinture, flocage…).
  • La plus légère et la plus résistante : Un empilement de plaques de polystyrène découpé selon le décor choisi sera fixé sur les traverses. Un enduit permettra alors d'obtenir le même résultat que précédemment.

Remarque : Pour ces 2 solutions, vous pourrez si nécessaire ajouter des supports complémentaires (traverses, chandelles, supports...).

 

Remarque sur les dimensions données

Les différentes dimensions données ne sont qu'indicatives et seront à adapter à vos besoins et aux matériaux disponibles. Pour exemple, l'infrastructure des réseaux suivants a été réalisée avec les matériaux suivants :

SOW
WLSW
Porteurs en L Tasseaux de 80 mm par 22 mm et 50 mm par 22 mm

Tasseaux de 50 mm par 25 mm

Pieds Tasseaux de 40 mm au carré Tasseaux de 30 mm au carré
Traverses Tasseaux de 80 mm par 22 mm Tasseaux de 30 mm au carré
Chandelles Divers selon situation (en général : 50 x 22 mm pour une voie unique et 80 x 22 mm pour une voie double) Tasseaux de 50 mm par 25 mm
Support Non utilisé Non utilisé
Plate-forme Contreplaqué de 10 mm Contreplaqué de 10 mm
Distance entre les porteurs en L 450 à 800 mm 600 mm
Distance entre 2 traverses 300 à 550 mm, selon configuration 400 mm
Hauteur de roulement (Niveau 0) 1250 mm 1200 mm
Surface totale Environ 12 mètres carrés Inférieur à 2 mètres carré

Comme vous le constaterez, tout est adaptable. Il suffit de prendre en compte le principe de base : le collé vissé bord sur champ.

 

Quelques références sur le sujet

J'espère que cet article vous aura convaincu des nombreux avantages des porteurs en L (légèreté, solidité, accessibilité, facilité de modification future...).
Cette construction demande un minimum de rigueur et peu d'outillage. Toutefois, une scie à onglet électrique sera une acquisition fort utile (n'est ce pas Jean-Louis !!!) et qui pourra vous rendre d'autres services dans vos travaux d'aménagement de votre habitation.

Si vous souhaitez en savoir encore plus, je vous conseille la lecture des articles et ouvrages suivants :

  • "Le réseau miniature : Infrastructure" aux Editions Loco Revue
  • "L-Girders ou porteurs en L", Alain Joigneau, Loco Revue, n° 545 du mois de février 1992
  • "Conception d'un réseau à plusieurs étages", Cyril Ducrocq, Loco Revue, n° 479 du mois de février 1986 et n° 480 du mois de mars 1986
  • "How to build model railroad benchwork", 2ème édition, aux Editions Kalmbach (livre en anglais)

Bonne construction et n'hésitez pas à me contacter si nécessaire.

Top
Quand le module devient caisson Modification des aiguillages Peco Electrofrog

Page réalisée par Fabrice Fayolle
Dernière mise à jour: 07/05/2003
© 2003, Fabrice Fayolle